lamaisondesmarguerites

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure… et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Vue sur jardin (3)

Le parterre de fleurs et légumes…

Vue sur jardin (2)

Depuis une fenêtre du Musée H-de-Toulouse-Lautrec. Le Tarn en contrebas, et l’église de la Madeleine en arrière plan.

Vue sur jardin (1)

Depuis une fenêtre du Musée Henri de Toulouse-Lautrec.

Panier d’abondance

Petite récolte du 14 août, dans mon jardin.

Tomates, prunes noires (sauvages = miel), pêches de vigne (fermeté de l’abricot, et parfum sublime), reine-claude, et figues (du miel en grain).

La nappe rouge*

*Je n’ai pas noté le titre du tableau de Jules Cavaillès

Les pavots

Huile sur toile de Jules Cavaillès

J’aime beaucoup l’effet rendu par le peintre. Les couleurs employées, la légèreté du trait. C’est un peintre du joyeux, de la lumière.

Un vase bleu*

*Je n’ai pas noté le titre.

Toujours de Jules Cavaillés. Mais avez-vous remarqué les poissons rouges ?

LE POISSON ROUGE de Tristan Derème

        Je vous offre ce poisson rouge,
Il n’est bouquet pourvu de plus tendres couleurs.

        C’est un poisson fort ordinaire,
        Et l’éclair pourpre de son flanc
    N’est point suivi d’un éclat de tonnerre ;
    Donc, il a beau faire l’étincelant,
On peut le regarder les oreilles ouvertes.

Cet animal dont les beautés vous sont offertes,
        Ce n’est pas un poisson volant ;
        Donc, inutile de chercher
                À l’attacher ;
        Ayez pitié de son jeune âge ;
                Un dur lien
    En le blessant ne servirait à rien.
        C’est peut-être un oiseau qui nage.

        Ce poisson qui tourne et qui luit,
        C’est aussi rose qu’une rose,
        Et ça ne fait pas plus de bruit
        Sur votre table où je le pose.

Et s’il vous arrivait pour un ciel étranger
        Où fleurissent d’autres étoiles
De devoir confier au vent vos blanches voiles…
Bref, si jusqu’en Auteuil vous deviez voyager,
N’ayez à son égard aucune inquiétude ;
Mais pour le préserver de l’âpre solitude
    Faites le frire et le daignez manger.

Pâle copie

Inspirée par une photo tirée du catalogue de l’exposition gaillacoise de bien meilleure qualité que celui produit par le musée albigeois. Le peintre se trouvait également sur l’autre rive du Tarn, mais depuis un autre endroit que celui du tableau du billet précédent.

Les berges du Tarn

Un tableau de Jules Cavaillès représentant les berges du Tarn, que surplombent la cathédrale Ste Cécile et le palais de la Berbie.

Journée ordinaire d’une aidante : midi

Les jours où je travaille. 

Sortir de mon bureau à midi passé. Démarrer la voiture et parcourir les 10 kms qui me séparent de la maison familiale.  Ne pas se laisser aller à la vitesse (relative) car plusieurs virages et bon nombre de « fangio » au volant sur la voie d’en face.

Arrivée vers 12 h 20, relever le courrier puis ouvrir la porte. Ressentir au premier regard si elle ne va pas trop mal. Poser mon sac, mes clefs.

Rapprocher le déambulateur, installer, désormais à proximité du fauteuil, la chaise « garde-robe ». Placer ses mains sur l’accoudoir de son fauteuil, l’encourager à prendre appui et la soulever en glissant mon bras gauche sous son aisselle droite.

Tirer fort, résister à son poids et à sa crainte de tomber, ainsi qu’à la raideur de ses membres. Conforter ses mains sur les poignées du déambulateur puis l’assister jusqu’à ce qu’elle s’asseoit sur la chaise « garde-robe » après avoir, non sans mal, fait descendre la culotte spéciale fuites urinaires. Changer si nécessaire.

Attendre quelques minutes. Pendant ce temps, se laver les mains et mettre très rapidement la table.

Revenir près d’elle et de nouveau l’aider comme ci-dessus à se redresser. Suivant les jours, le déambulateur sera suffisant pour qu’elle puisse rejoindre la cuisine et sa chaise. D’autre fois, il faudra utiliser le fauteuil roulant. Bien sûr, on pourrait éviter ces manoeuvres de transfert, mais il faut, malgré tout, maintenir un petit peu de marche. Même si cela lui demande un effort très important. Une fois bien installée, lui mettre sa serviette de table pour protéger ses vêtements en la maintenant avec des pinces à linge (très efficaces et rapide à mettre et à enlever). Finir de mettre la table.

Sortir du réfrigérateur les plats préparés la veille (si j’ai pu le faire). Sinon improviser : des pâtes, de la purée, un steack haché cuit puis mixé (car la déglutition devient très difficile). Des tomates fraîches pelées (car la peau ne favorise pas la déglutition) et découpées en petits morceaux et assaisonnées. S’aider en ajoutant de la béchamel toute prête, achetée dans le rayon des produits frais laitiers.

Ne pas oublier le pilulier et veiller à la bonne prise des comprimés et poudres diverses. Remplir le verre d’eau et ajouter régulièrement du liquide, car cela aide, une fois encore, à la déglutition.

L’encourager à commencer à manger avant moi, car son repas va lui prendre plus d’une demi-heure, voire trois-quart d’heure. Pendant ce temps, je me sers et essaie de me ralentir… Laver au fur-et-à-mesure la vaisselle. Regarder l’heure. Suivant le cas, sortir le linge de la machine à laver, puis l’étendre. Ou monter à l’étage vérifier que les fenêtres et portes ont bien été fermées, en ce temps de canicule.

Redescendre, après être passée par la salle-de-bain pour me laver les dents (mais bien souvent, je n’en ai pas le temps) et passer par les wc (ouf)…

Donner le dessert, finir de desservir la table, ranger ce qu’il y a à ranger. Relever ma mère de sa chaise et assurer la bonne prise en main des cannes anglaises ou du déambulateur. Parfois cela se complique car il y a « déconnexion des neurones… »

Faire un nouveau passage à la chaise « garde-robe ». Puis vérifier l’installation au fauteuil. S’assurer du niveau de l’eau dans la bouteille d’un demi-litre. Si besoin compléter.

Laisser à disposition, un petit gâteau ou une brique de jus de fruit, ou une banane. Ne pas oublier d’allumer la télévision et laisser à porter de main la télécommande, sur la petite table.

Puis un dernier bisou, prendre mon sac, mes clefs, et mon téléphone portable. Acquiescer aux dernières consignes maternelles. Puis refermer la porte, m’exclamant contre le temps qui file. Et je reprends le parcours de mes 10 kilomètres pour reprendre le travail à 14 heures. Et vous le devinez-bien, je serai en retard !

Et vous voudriez que je sois détendue ?!!!

(lire si besoin mon précédent billet…)

Les jours où je ne travaille pas, la contrainte de l’espace temps n’est plus la même.

Foutue maladie que celle du Parkinson !

Lumières de l'ombre

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

UN ESPRIT SAIN DANS UN CORSAGE

"Le blog avec des hauts et des bas de soi (e)"

plumes d'anges

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Lectures au coeur

Photographie et poésie

PAC

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Presquevoix...

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Feuilles de Choux

Au fil des jours !.....

Eclats de Mots

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Objet Blog[u]ant Non Identifié

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Le journal de Perlette

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

voix de l'oubli

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Oxymoron fractal

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Bonheur du jour

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Almanachronique des villes et des campagnes

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

J'ai descendu dans mon jardin...

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Au Bois des Biches

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

VALERY LORENZO

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Le Jardin d'Aime Haut

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Elisabeth Baysset

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Les carnets de Mathilde

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Espaces, instants

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

La photo du jour

Pour l'amour de la photo!

Déblogue

Voir, sentir, goûter, toucher, ouïr Comment peut-on dire que la vie n'a pas de sens ?

Les beautés de Montréal

J'ai toujours cru que, par la beauté des mots, on pouvait changer le monde (Armand Gatti)