lamaisondesmarguerites

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure… et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Morceau choisi : Cosette…

Les Misérables – Victor Hugo (extrait)

Chapitre III – Il faut du vin aux hommes et de l’eau aux chevaux

Il était arrivé quatre nouveaux voyageurs.

Cosette songeait tristement ; car, quoiqu’elle n’eût que huit ans, elle avait déjà tant souffert qu’elle rêvait avec l’air lugubre d’une vieille femme.
Elle avait la paupière noire d’un coup de poing que la Thénardier lui avait donné, ce qui faisait dire de temps en temps à la Thénardier :
– Est-elle laide avec son pochon sur l’œil !
Cosette pensait donc qu’il était nuit, très nuit, qu’il avait fallu remplir à l’improviste les pots et les carafes dans les chambres des voyageurs survenus, et qu’il n’y avait plus d’eau dans la fontaine.
Ce qui la rassurait un peu, c’est qu’on ne buvait pas beaucoup d’eau dans la maison Thénardier. Il ne manquait pas là de gens qui avaient soif ; mais c’était de cette soif qui s’adresse plus volontiers au broc qu’à la cruche. Qui eût demandé un verre d’eau parmi ces verres de vin eût semblé un sauvage à tous ces hommes. Il y eut pourtant un moment où l’enfant trembla : la Thénardier souleva le couvercle d’une casserole qui bouillait sur le fourneau, puis saisit un verre et s’approcha vivement de la fontaine. Elle tourna le robinet, l’enfant avait levé la tête et suivait tous ses mouvements. Un maigre filet d’eau coula du robinet et remplit le verre à moitié.
– Tiens, dit-elle, il n’y a plus d’eau ! puis elle eut un moment de silence.
L’enfant ne respirait pas.
– Bah, reprit la Thénardier en examinant le verre à demi plein, il y en aura assez comme cela.
Cosette se remit à son travail, mais pendant plus d’un quart d’heure elle sentit son cœur sauter comme un gros flocon dans sa poitrine.
Elle comptait les minutes qui s’écoulaient ainsi, et eût bien voulu être au lendemain matin.
De temps en temps, un des buveurs regardait dans la rue et s’exclamait : – Il fait noir comme dans un four ! – Ou : – Il faut être chat pour aller dans la rue sans lanterne à cette heure-ci ! – Et Cosette tressaillait.
Tout à coup, un des marchands colporteurs logés dans l’auberge entra, et dit d’une voix dure :
– On n’a pas donné à boire à mon cheval.
– Si fait vraiment, dit la Thénardier.
– Je vous dis que non, la mère, reprit le marchand.
Cosette était sortie de dessous la table.
– Oh ! si ! monsieur ! dit-elle, le cheval a bu, il a bu dans le seau, plein le seau, et même que c’est moi qui lui ai porté à boire, et je lui ai parlé.
Cela n’était pas vrai. Cosette mentait.
– En voilà une qui est grosse comme le poing et qui ment gros comme la maison, s’écria le marchand. Je te dis qu’il n’a pas bu, petite drôlesse ! Il a une manière de souffler quand il n’a pas bu que je connais bien.
Cosette persista, et ajouta d’une voix enrouée par l’angoisse et qu’on entendait à peine :
– Et même qu’il a bien bu !
– Allons, reprit le marchand avec colère, ce n’est pas tout ça, qu’on donne à boire à mon cheval et que cela finisse !
Cosette rentra sous la table.
– Au fait, c’est juste, dit la Thénardier, si cette bête n’a pas bu, il faut qu’elle boive.
Puis, regardant autour d’elle :
– Eh bien, où est donc cette autre ?
Elle se pencha et découvrit Cosette blottie à l’autre bout de la table, presque sous les pieds des buveurs.
– Vas-tu venir ? cria la Thénardier.
Cosette sortit de l’espèce de trou où elle s’était cachée. La Thénardier reprit :
– Mademoiselle Chien-faute-de-nom, va porter à boire à ce cheval.
– Mais, madame, dit Cosette faiblement, c’est qu’il n’y a pas d’eau.
La Thénardier ouvrit toute grande la porte de la rue.
– Eh bien, va en chercher !
Cosette baissa la tête, et alla prendre un seau vide qui était au coin de la cheminée.
Ce seau était plus grand qu’elle, et l’enfant aurait pu s’asseoir dedans et y tenir à l’aise.
La Thénardier se remit à son fourneau, et goûta avec une cuillère de bois ce qui était dans la casserole, tout en grommelant :
– Il y en a à la source. Ce n’est pas plus malin que ça. Je crois que j’aurais mieux fait de passer mes oignons.
Puis elle fouilla dans un tiroir où il y avait des sous, du poivre et des échalotes.
– Tiens, mamzelle Crapaud, ajouta-t-elle, en revenant tu prendras un gros pain chez le boulanger. Voilà une pièce-quinze-sous.
Cosette avait une petite poche de côté à son tablier ; elle prit la pièce sans dire un mot, et la mit dans cette poche.
Puis elle resta immobile, le seau à la main, la porte ouverte devant elle. Elle semblait attendre qu’on vînt à son secours.
– Va donc ! cria la Thénardier.
Cosette sortit. La porte se referma.

Chapitre IV – Entrée en scène d’une poupée

La file de boutiques en plein vent qui partait de l’église se développait, on s’en souvient, jusqu’à l’auberge Thénardier. Ces boutiques, à cause du passage prochain des bourgeois allant à la messe de minuit, étaient toutes illuminées de chandelles brûlant dans des entonnoirs de papier, ce qui, comme le disait le maître d’école de Montfermeil attablé en ce moment chez Thénardier, faisait « un effet magique ». En revanche, on ne voyait pas une étoile au ciel.
La dernière de ces baraques, établie précisément en face de la porte des Thénardier, était une boutique de bimbeloterie, toute reluisante de clinquants, de verroteries et de choses magnifiques en fer-blanc. Au premier rang, et en avant, le marchand avait placé, sur un fond de serviettes blanches, une immense poupée haute de près de deux pieds qui était vêtue d’une robe de crêpe rose avec des épis d’or sur la tête et qui avait de vrais cheveux et des yeux en émail. Tout le jour, cette merveille avait été étalée à l’ébahissement des passants de moins de dix ans, sans qu’il se fût trouvé à Montfermeil une mère assez riche, ou assez prodigue, pour la donner à son enfant. Éponine et Azelma avaient passé des heures à la contempler, et Cosette elle-même, furtivement, il est vrai, avait osé la regarder.
Au moment où Cosette sortit, son seau à la main, si morne et si accablée qu’elle fût, elle ne put s’empêcher de lever les yeux sur cette prodigieuse poupée, vers la dame, comme elle l’appelait. La pauvre enfant s’arrêta pétrifiée. Elle n’avait pas encore vu cette poupée de près. Toute cette boutique lui semblait un palais ; cette poupée n’était pas une poupée, c’était une vision. C’étaient la joie, la splendeur, la richesse, le bonheur, qui apparaissaient dans une sorte de rayonnement chimérique à ce malheureux petit être englouti si profondément dans une misère funèbre et froide. Cosette mesurait avec cette sagacité naïve et triste de l’enfance l’abîme qui la séparait de cette poupée. Elle se disait qu’il fallait être reine ou au moins princesse pour avoir une « chose » comme cela. Elle considérait cette belle robe rose, ces beaux cheveux lisses, et elle pensait : Comme elle doit être heureuse, cette poupée-là ! Ses yeux ne pouvaient se détacher de cette boutique fantastique. Plus elle regardait, plus elle s’éblouissait. Elle croyait voir le paradis. Il y avait d’autres poupées derrière la grande qui lui paraissaient des fées et des génies. Le marchand qui allait et venait au fond de sa baraque lui faisait un peu l’effet d’être le Père éternel.
Dans cette adoration, elle oubliait tout, même la commission dont elle était chargée. Tout à coup, la voix rude de la Thénardier la rappela à la réalité :
– Comment, péronnelle, tu n’es pas partie ! Attends ! je vais à toi ! Je vous demande un peu ce qu’elle fait là ! Petit monstre, va !
La Thénardier avait jeté un coup d’œil dans la rue et aperçu Cosette en extase.

Cosette s’enfuit emportant son seau et faisant les plus grands pas qu’elle pouvait. »

Lorsque ma maman me raconte son enfance, je pense chaque fois à Cosette. Car trois petites filles, trois soeurs perdirent leur maman chérie si tôt, si brutalement. Et le malheur entra dans cette petite famille. La vie n’était pas rose, auparavant, mais elles étaient heureuses, un papa et une maman. Jeanne s’occupa de sa grand-mère impotente qui veillait sur ses petites. Elle allait chercher l’eau à la rivière (comme Cosette). Le sol de leur logement était en terre battue. Et comment elle prenait soin de sa grand-mère la lavant, puis plus tard, l’immense chagrin de la perdre. Perdre ainsi une deuxième maman.
Puis, par force, elles furent séparées lorsque leur papa, Manuel, ne put plus assurer, par son travail, la vie de ses enfants. Ses enfants furent placées dans de la famille. Jeanne, à peine huit ans, s’occupa d’un jeune bébé. Elle parcourait la campagne conduisant une petite carriole pour distribuer le lait et fromage produits dans la ferme de ses oncle et tante.
Non, je n’exagère pas lorsque je parle de la petite enfance de ma maman, la comparant à Cosette.

Advertisements

4 Commentaires

  1. Merci Lou pour l’histoire émouvante de ta maman et de ses soeurs. Comme la vie a été dure.
    Je me souviens d’avoir vu le film avec Bourvil… comme j’ai pu pleurer!
    Ton billet est très touchant.
    Bisous, Lou ♥

    Aimé par 1 personne

  2. Retrouver ici Cosette est émouvant et plus encore de savoir que certaines petites filles ont eu une vie plus proche de Cosette et de Cendrillon que des poupées.La génération de ma grand-mère appartenant à une famille nombreuse a aussi connu le placement de chaque enfant pour gagner son pain très rapidement. En ce temps-là, l’école n’était pas obligatoire…

    Aimé par 1 personne

    • Maman n’est jamais allée à l’école, et pourtant elle sait compter, lire, écrire. Je suis toujours étonnée de son savoir et de la précision des termes qu’elle sait utiliser à bon escient. Malgré son âge, son esprit reste vif. Il faut savoir, également, que son enfance s’est déroulée au Nord de l’Afrique.

      J'aime

Sous votre plume !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

UN ESPRIT SAIN DANS UN CORSAGE

"Le blog avec des hauts et des bas de soi (e)"

plumes d'anges

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Lectures au coeur

Photographie et poésie

PAC

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Presquevoix...

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Feuilles de Choux

Au fil des jours !.....

Eclats de Mots

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Objet Blog[u]ant Non Identifié

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Le journal de Perlette

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

voix de l'oubli

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Oxymoron fractal

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Bonheur du jour

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Almanachronique des villes et des campagnes

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

J'ai descendu dans mon jardin...

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Au Bois des Biches

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

VALERY LORENZO

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Le Jardin d'Aime Haut

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Elisabeth Baysset

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Les carnets de Mathilde

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

Espaces, instants

Une envie de vous faire partager ce qui m'entoure... et le monde est vaste, n'est-ce pas !

La photo du jour

Pour l'amour de la photo!

Déblogue

Voir, sentir, goûter, toucher, ouïr Comment peut-on dire que la vie n'a pas de sens ?

Les beautés de Montréal

J'ai toujours cru que, par la beauté des mots, on pouvait changer le monde (Armand Gatti)

%d blogueurs aiment cette page :